Aller au contenu
Accueil » Blog » Le perfectionnisme est-il compatible avec la loi de Pareto (20/80) ?

Le perfectionnisme est-il compatible avec la loi de Pareto (20/80) ?

Perfectionnisme vs loi de Pareto

À première vue, il semble exister un conflit intrinsèque entre le concept du perfectionnisme et la loi de Pareto, cette dernière suggérant qu’une fraction minimale d’efforts peut engendrer la majorité des résultats. 

La loi de Pareto (ou principe 80/20), souvent invoquée dans le monde du management et de la productivité personnelle, repose sur l’idée que 20% de nos actions génèrent 80% de nos résultats. Elle encourage à identifier et se concentrer sur les tâches les plus productives, en laissant de côté les efforts moins rentables.

Le perfectionnisme, en revanche, est souvent perçu comme un obstacle à cette approche. Les perfectionnistes tendent à consacrer une attention méticuleuse à chaque détail, cherchant à atteindre l’excellence dans chaque aspect de leur travail. Cette quête incessante de la perfection peut facilement entrer en conflit avec le principe de Pareto, qui prône une approche plus pragmatique et orientée vers l’efficacité.

Cependant, le perfectionnisme n’est pas un concept monolithique, et sa relation avec la loi de Pareto n’est pas aussi directe qu’on pourrait le penser. Il est essentiel de comprendre ce qu’est réellement le perfectionnisme pour saisir comment il peut, en réalité, coexister, voire même complémenter, avec la loi de Pareto.

C’est ce que vous allez découvrir dans cet article !

Qu’est-ce que le perfectionnisme ?

Définition du perfectionnisme

Au cœur du perfectionnisme se trouve une poussée incessante vers l’excellence. C’est une tendance à fixer des standards élevés pour soi-même et parfois pour les autres. 

Mais le perfectionnisme va au-delà de la simple volonté de bien faire. Il implique souvent une peur profonde de l’échec ou du jugement, une tendance à se focaliser excessivement sur les erreurs et un besoin constant de contrôle

Les perfectionnistes ne se contentent pas de viser haut ; ils sont souvent leur plus sévère critique, s’efforçant d’atteindre un idéal souvent inatteignable.

Lien entre perfectionnisme et loi de Pareto

Cette définition nous mène à un paradoxe intéressant lorsqu’elle est mise en perspective avec la loi de Pareto. 

D’un côté, le perfectionnisme semble freiner l’efficacité en exigeant une attention disproportionnée aux détails. D’un autre côté, il pourrait être argumenté que, dans certaines situations, un œil attentif aux détails peut justement identifier ces 20% d’efforts qui génèrent 80% des résultats. La clé pourrait résider dans la manière dont le perfectionnisme est canalisé et orienté.

Définition du perfectionnisme

Les symptômes du perfectionnisme 

Les symptômes du perfectionnisme peuvent souvent se manifester de manière subtile et profonde dans nos comportements et notre état d’esprit. Pour mieux les comprendre, il peut être utile de se poser les questions suivantes : 

  • Difficulté à atteindre mes propres standards : Est-il fréquent pour moi de me sentir insatisfait ou incapable d’atteindre les standards que je me suis fixés ? Cette insatisfaction chronique peut être un indicateur de perfectionnisme.
  • Réactions émotionnelles face à l’échec : Lorsque je n’atteins pas mes objectifs, est-ce que je ressens fréquemment de la frustration, de la dépression, de l’anxiété, ou de la colère ? Des réactions émotionnelles intenses face à des « échecs » perçus peuvent signaler un perfectionnisme mal adaptatif.
  • Perception extérieure de mes exigences : Ai-je déjà reçu des commentaires suggérant que mes exigences envers moi-même ou envers les autres sont excessivement élevées ? L’avis d’autrui peut souvent refléter une tendance au perfectionnisme que l’on ne reconnaît pas soi-même.
  • Impact des standards sur le fonctionnement quotidien : Mes normes élevées entravent-elles mon efficacité, comme le respect des délais ou la capacité à terminer des tâches ? Est-ce qu’elles affectent ma capacité à déléguer, à faire confiance aux autres, ou à agir de manière spontanée ? Lorsque le perfectionnisme commence à interférer avec les aspects pratiques de la vie quotidienne et professionnelle, il est temps de réévaluer et d’ajuster ces standards.

Le contraire de perfectionniste 

L’approche pragmatique

Le contraire du perfectionnisme, souvent qualifié de “pragmatisme”, représente une manière de penser et d’agir qui se distingue nettement du désir de perfection absolue. Cette approche se caractérise par une acceptation de l’imperfection et une reconnaissance du fait que la poursuite de la perfection peut parfois être plus préjudiciable que bénéfique.

Les caractéristiques du pragmatisme

Au cœur de cette approche pragmatique, se trouve l’idée que le « bien suffisant » est souvent préférable à la perfection inatteignable. Les individus adoptant cette approche présentent les caractéristiques suivantes : 

  • Flexibilité dans leurs attentes,
  • Indulgence envers eux-mêmes et les autres,
  • Reconnaissance que l’erreur est une composante naturelle de l’apprentissage et du développement humain,
  • Ne se laissent pas décourager par des échecs ou des imperfections,
  • Visent des objectifs réalisables,
  • Flexibilité dans la planification et l’exécution des tâches.
Pragmatisme

Différences entre une personne consciencieuse et perfectionniste 

Personne consciencieuse : 

  • Équilibre entre effort et priorisation, en prêtant attention aux détails sans les laisser dominer,
  • Flexibilité pour adapter ses exigences en fonction du contexte ou de l’importance de la tâche,
  • Capable d’autocritique, reconnaît et corrige ses erreurs,
  • Anticipe l’avenir de manière réaliste et prend des mesures préventives face aux difficultés potentielles,
  • Face aux problèmes, se montre proactive en cherchant et en appliquant des solutions.

Perfectionniste : 

  • Vise des standards extrêmement élevés, souvent irréalisables,
  • Consacre une énergie excessive à des tâches de moindre importance,
  • Accorde une importance égale aux détails et à l’ensemble du projet,
  • Manque de souplesse dans la définition des priorités,
  • Rencontre des difficultés pour travailler en équipe en raison de ses standards élevés,
  • Tendance à douter de soi-même,
  • Difficultés à accepter ses propres imperfections et limitations,
  • Répugnance à déléguer des tâches,
  • Auto-exigence excessive et autocritique sévère,
  • Réaction négative à la critique externe,
  • Crainte marquée de l’échec.

Être perfectionniste : avantages et inconvénients

Avantages :

  • Attention aux détails : Le perfectionnisme favorise une grande attention aux détails, ce qui peut améliorer la qualité du travail.
  • Motivation élevée : Les perfectionnistes ont souvent une forte motivation à réussir, ce qui peut les pousser à exceller dans leurs activités.
  • Hautes normes de qualité : Ils établissent des standards élevés pour eux-mêmes et leur travail, ce qui peut conduire à des résultats exceptionnels.
  • Amélioration continue : La quête constante de l’excellence peut mener à un apprentissage continu et à l’amélioration des compétences.
  • Fiabilité : Les perfectionnistes sont généralement fiables, s’efforçant de respecter leurs engagements et de produire un travail de haute qualité.

Inconvénients :

  • Baisse de rendement et abandon potentiel : La quête incessante de la perfection peut entraîner une diminution de l’efficacité et un risque plus élevé d’abandon face aux défis.
  • Frustration pour ne pas atteindre les objectifs : Le perfectionnisme peut engendrer une frustration constante due à l’impossibilité d’atteindre des standards souvent irréalisables.
  • Baisse de la confiance en soi : L’échec à répondre à ses propres attentes peut diminuer l’estime de soi.
  • Repousser les échéances : La tendance à peaufiner indéfiniment les détails peut conduire à des retards répétés dans la réalisation des tâches.
  • Stress et anxiété : Le perfectionnisme peut engendrer des niveaux de stress et d’anxiété élevés, nuisibles à la santé mentale et physique.
Perfectionnisme - avantages et inconvenients

Qu’est-ce que la loi de Pareto ?

La loi de Pareto, également connue sous le nom de principe du 80/20, est un concept économique qui a été formulé par l’économiste italien Vilfredo Pareto au début du 20e siècle. 

Ce principe est basé sur l’observation que, dans de nombreux domaines, environ 80% des effets proviennent de 20% des causes. En d’autres termes, une petite partie des efforts ou des ressources est souvent responsable de la majorité des résultats.

Voici quelques applications typiques de la loi de Pareto :

  • Dans le domaine des affaires : Souvent, 80% des ventes d’une entreprise proviennent de 20% de ses clients. De même, 80% des plaintes peuvent provenir de 20% des clients.
  • En gestion de projet : Il est fréquent que 20% des tâches d’un projet contribuent à 80% de sa valeur globale, ou que 20% des problèmes causent 80% des retards.
  • Dans la gestion du temps : Dans la vie personnelle ou professionnelle, il se peut que 20% des activités réalisées apportent 80% des résultats ou de la satisfaction.
  • En économie et société : Pareto a initialement observé que 20% de la population détenait environ 80% de la richesse.

Alors bien sûr, le ratio 80/20 est indicatif et non une règle fixe ! Il sert principalement à illustrer le phénomène d’inégalité de répartition des effets par rapport aux causes. 

Loi de Pareto 80-20

Comment concilier loi de Pareto et perfectionnisme ?

Et si vous n’étiez perfectionniste que sur les choses importantes, qui vous tiennent à cœur, et qui vous apportent le maximum de résultat ?

Peut-être que dans ce cas, le perfectionnisme serait compatible avec la loi de Pareto : 20% des efforts entraînent 80% des résultats.

Ok, mais comment faire ?

Comment faire pour être perfectionniste uniquement sur les 20% des choses importantes ?

Voici mes 3 conseils : 

1- Rester focus,

2- Déléguer ce qui ne vous intéresse pas,

3- Travailler sur vos forces.

Rester Focus 

Le premier pas vers un perfectionnisme ciblé est de développer une capacité à rester concentré sur ce qui compte vraiment. Cela implique de définir clairement vos objectifs et de comprendre quelles activités sont les plus alignées avec ces objectifs. 

Utilisez des outils comme la matrice d’Eisenhower pour distinguer l’urgent de l’important. Apprenez à reconnaître et à ignorer les distractions. Gardez en tête que rester focus ne signifie pas ignorer tout le reste, mais plutôt prioriser et investir votre énergie principalement dans les tâches qui auront l’impact le plus significatif.

Déléguer ce qui ne vous intéresse pas 

Une des clés pour concentrer vos efforts perfectionnistes sur les 20% qui comptent est de savoir déléguer les 80% restants. Cela demande de reconnaître que vous n’avez pas besoin de gérer ou de contrôler chaque détail. 

Identifiez les tâches qui sont moins critiques ou qui n’exigent pas votre niveau de compétence unique. Apprenez à faire confiance à vos collègues, employés ou assistants pour gérer ces aspects. La délégation efficace vous libérera du temps et de l’énergie à consacrer aux tâches où votre perfectionnisme peut vraiment briller.

Travailler sur vos forces

Concentrez votre perfectionnisme là où vous êtes déjà fort. Nous avons tous des domaines de compétence naturelle ou acquise où notre attention au détail et notre quête de l’excellence peuvent vraiment faire une différence. 

En vous concentrant sur vos points forts, vous maximisez l’impact de votre perfectionnisme, car il est appliqué là où il est le plus efficace. Cela peut aussi augmenter votre satisfaction et réduire la frustration, car travailler dans vos domaines de force tend à être plus gratifiant et moins épuisant.

Loi de Pareto

Comment combattre le perfectionnisme maladif ?

1- Prendre conscience des inconvénients à être perfectionniste

Reconnaître les aspects négatifs du perfectionnisme est le point de départ à votre changement !

2- Remettre en question son système de valeur

Pourquoi la perfection est si valorisée ? Est-elle vraiment synonyme de succès, ou est-ce un idéal irréaliste imposé par soi-même ou la société ? 

Reconsidérer ce que signifie la réussite peut aider à alléger la pression de la perfection et à embrasser des normes plus saines et réalisables.

3- Se fixer des objectifs réalistes

Plutôt que de viser la perfection absolue, fixez-vous des objectifs qui sont à la fois ambitieux et réalisables. 

4- Rester flexible

Cela signifie être ouvert aux changements, accepter les retours d’informations et s’adapter aux circonstances imprévues. Cette adaptabilité permet d’évoluer sans être paralysé par la peur de l’imperfection.

5- Définir ses priorités

Identifiez ce qui est vraiment important pour vous et ce qui mérite votre attention et vos efforts. Apprenez à distinguer les tâches essentielles des secondaires. 

6- Reconnaître les signaux de danger du perfectionniste

Soyez attentif aux signes d’insatisfaction chronique, de frustration, d’anxiété et d’épuisement. 

En les reconnaissant, vous pouvez prendre des mesures pour ajuster votre approche et prévenir d’éventuelles conséquences négatives sur votre bien-être.

7- Célébrer chaque victoire

Apprenez à reconnaître et à célébrer vos succès, même les plus petits ! Cela vous  aidera à contrebalancer la tendance du perfectionniste à se concentrer uniquement sur les défauts ou les échecs. 

En célébrant vos victoires, vous renforcez également votre confiance en vous.

8- Comprendre que l’échec fait partie du chemin

Accepter que l’échec est une partie naturelle et inévitable du processus d’apprentissage et de croissance. Chaque échec est une opportunité d’apprendre et de s’améliorer. 

En comprenant cela, vous pouvez aborder vos projets avec une perspective plus saine, où l’échec n’est pas une fin tragique, mais un pas vers le succès futur.

Cet article participe à l’évènement inter-blogueur « Le perfectionnisme, un atout ou un frein à la réussite ? » lancé par le blog madame-pas-de-soucis.fr. Parmi tous les articles de son blog, il y en a deux que je trouve particulièrement intéressants : Les 6 erreurs qui plombent votre productivité en télétravail et 3 habitudes indispensables pour être zen au quotidien.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)

4 commentaires sur “Le perfectionnisme est-il compatible avec la loi de Pareto (20/80) ?”

  1. Canaliser le perfectionnisme pour le « parétoïser »… Encore une fois merci pour ton article qui contient des solutions vraiment interessantes. Je vais tenter de conserver le perfectionnisme uniquement pour les 20% d’actions importantes. Mais j’attends tes conseils pour déterminer les 20% car tout est important…

    1. Les 20% qui te permettront d’atteindre tes objectifs dans le timing que tu t’es fixé 😉
      Pour moi il n’y a pas de productivité sans objectifs clairement définis, à l’année, au mois, à la semaine.
      Si cela peut t’aider, utilise la règle des 3 :
      – 3 projets prioritaires,
      – 3 objectifs à la semaine,
      – 3 tâches par jour (les fameux 20%).
      Et si tu ne penses pas pouvoir tout faire et/ou que tout est important…Il reste l’arme secrète de la délégation 😉
      J’espère que cela a pu t’aider. ☺️

  2. Merci pour cette approche qui aurait pu apparaître contre-intuitive. En priorisant et en recadrant le périmètre d’actions (sur les fameux 20%), on peut en effet canaliser le perfectionnisme. Intéressant!

Laisser un commentaire